jeudi 17 juin 2021

Annulation

 Le réveil inattendu de ma tendinite chronique de la main droite m'oblige à annuler la dédicace prévue ce samedi 19 juin à la librairie Bédérama de Reims.

Chères et chers libraires, lecteurs et lectrices, je vous présente toutes mes excuses ; et j'espère qu'une autre occasion se présentera.

mercredi 9 juin 2021

Malbrough s'en va, la BD s'en vient

La levée progressive des restrictions sanitaires permet la reprise tout aussi progressive des salons et festivals : le week-end prochain, je suis invitée au festival BD de Malbrouck, qui se déroule dans les murs d’un beau château-fort du XVe siècle.

Orchi — Photographie personnelle, CC BY-SA 3.0

Ce nom vous dit quelque chose ? Initialement dénommé château de Mensberg, son surnom lui vient du duc John Churchill de Marlborough, immortalisé par la chanson populaire Marlbrough s'en va-t-en guerre


Dessin © Lele Vanello

Au menu, outre les traditionnelles séances de dédicaces : des camps de reconstitution historique, des animations et l’exposition « Astérix, l’Européen ». Le programme complet est en téléchargement ici. Et La Gazette de Moselle en parle déjà.

Attention : réservation obligatoire !

Samedi 12 et dimanche 13 juin 2021
10h-13h30 et 14h30-18h
Château de Malbrouck
57480 Manderen

lundi 10 mai 2021

Quarante ans après le 10 mai 1981

 

Droite ou gauche ? Non, non, je ne parle pas de l'étiquette politique de François Mitterrand, mais des rives de la Seine. Pas de jaloux, les Parisien·nes des deux bords seront servi·es ! Je dédicacerai Mitterrand et ses ombres dans les prochains jours aux un·es et aux autres.

Le mercredi 12 mai, ce sera rive droite, chez Univers BD, 29 ter rue du Château d’Eau dans le Xe, de 15h à 18h. Il vaut mieux se renseigner au 01 40 27 88 63 pour s'assurer que les consignes sanitaires n'entraînent pas une jauge et un ordre d'arrivée.

Le samedi 15 mai, ce sera rive gauche, chez Pulp’s BD, 3 rue Dante dans le Ve, de 15h à 18h également. La pré-inscription est requise par mail auprès de pulps.bd@gmail.com ou par téléphone au  09 54 14 82 35.

mercredi 5 mai 2021

Les dessous d'une couverture

J'ai commencé mes recherches pour la couverture de Mitterrand et ses ombres le 28 août 2020. À ce stade, le titre définitif n'était pas encore arrêté, mais il y était déjà question d’ombres, ce qui explique la présence récurrente de celles-ci dès les premières esquisses. 

Mais pourquoi ce buste sculpté ? L’album est construit comme un récit dans le récit : fin 1994, au cours de plusieurs séances de pose pour un sculpteur, le Président Mitterrand raconte à une jeune journaliste plusieurs épisodes rocambolesques de sa carrière dans les années 50.

La première piste est donc celle d’une confrontation entre Mitterrand jeune et le buste de Mitterrand âgé.

Entre ces deux esquisses, j'ai fait s'affronter Mitterrand jeune et Mitterrand âgé - mais toujours avec des ombres.

La deuxième piste met l’accent sur l’aspect thriller présent dans l’album avec le vrai-faux attentat de l’Observatoire, qui sert de fil rouge au scénario de Patrick Rotman.

De manière assez prévisible, au lieu de choisir entre une piste et l’autre, on me demande de combiner les deux.



Nous sommes maintenant à la mi-septembre. Le titre est désormais connu. D’un commun accord, nous choisissons la proposition 6. Je précise un peu le dessin et je fais quelques versions couleurs, sans être pleinement convaincue.

 
 
Quand soudain, le 28 septembre : Et pourquoi pas l’ombre seule ?
 

Les éditions Delcourt font maquetter en interne plusieurs options :



C’est cette dernière proposition qui l’emporte. Ne reste plus qu’à dessiner et mettre en couleurs séparément les deux éléments - ombre d’un côté, voiture, phares et personnage de l’autre - pour faciliter leur mise en page par le graphiste ; et à ajouter, in fine, les éclats de balle et le verre brisé au sol.

Merci à Philippe Tomblaine qui a consacré une belle chronique à l'album et à la mise au point de la couverture sur BD Zoom !

jeudi 22 avril 2021

Tonton est en rayon

Plus qu'une vingtaine de jours avant le quarantième anniversaire de l'élection de François Mitterrand, le 10 mai 1981. Quel timing ! Mitterrand et ses ombres est en librairie depuis hier ! Ici chez Gibert Joseph à Barbès (où les responsables du rayon BD ne manquent pas d’humour).

Si vous avez envie d’en savoir un peu plus avant de courir l’acheter, c’est possible : les quinze premières planches vous sont aimablement offertes par les éditions Delcourt.

Une séance de dédicace est prévue sur Paris le samedi 15 mai de 15h à 18h, à la librairie Pulp’s BD, 3 rue Dante dans le 5e. Je vous en dirai plus très prochainement.

jeudi 15 avril 2021

Les coulisses d'une planche

À sept jours de la sortie de Mitterrand et ses ombres, je vous invite à visiter les coulisses d'une planche.

Voici les trois étapes de la planche 125 : esquisse au feutre, crayonné mis au propre avec lettrage manuel, puis encrage du trait et modelé à la mine graphite.

J'ai jugé nécessaire d'ajouter des bulles pour que l'action soit compréhensible : alors qu'ils s'apprêtent à mitrailler la voiture de Mitterrand, les deux acolytes en sont d'abord empêchés par un couple d'amoureux, puis par l'arrivée d'un camion, ce qui les oblige à faire le tour du jardin deux fois.

Mais l'esquisse peut elle-même donner lieu à plusieurs versions. C'est le cas ici. Nous sommes vers la fin de l'album, et le vrai-faux attentat de l'Observatoire est montré pour la troisième fois.

J'ai d'abord dessiné la séquence entière en deux planches :

Mais tout cela n'allait-il pas un peu trop vite ? Et comprenait-on vraiment l'enchaînement des actions ?

J'ai alors proposé à Patrick Rotman une version en trois planches, au milieu desquelles on retrouve la planche 125 :

 © Puchol/Rotman/Delcourt, 2021

À vous de trouver ce qui a été déplacé, enlevé, ajouté...

samedi 10 avril 2021

Trois fois l'Observatoire

Retour à Paris pour la troisième partie de Mitterrand et ses ombres, qui se concentre sur l’affaire de l’Observatoire. Redevenu simple sénateur, François Mitterrand est victime d’un attentat à la mitraillette contre son véhicule. Il en sort sain et sauf et espère bien tirer parti de ce mitraillage pour s'affirmer comme le chef de la lutte contre l'extrême droite. Mais patatras, quelques jours plus tard, la presse publie les confidences de l’auteur de l’attentat, qui révèle l’avoir arrangé avec Mitterrand lui-même !

Cette histoire est le fil rouge du scénario de Patrick Rotman. Elle apparaît trois fois au cours de l’album : une première fois au tout début,

et deux fois, mais avec des points de vue différents, dans cette troisième partie.

 
Planches 4, 104 et 124 © Puchol/Rotman/Delcourt, 2021

Je n'en dis pas plus, puisque c'est désormais officiel : Mitterrand et ses ombres sort le 21 avril prochain !

jeudi 11 mars 2021

Les généraux sont de sortie

La parution de Mitterrand et ses ombres étant prévue pour la fin avril, je vais essayer de vous faire patienter jusque là.

Il y a trois mois, j’évoquais ici la première partie de cet album.

La deuxième partie commence en novembre 1956 et se déroule à Alger. Malgré sa relative brièveté, une vingtaine de planches, cet épisode m’a donné pas mal de fil à retordre du point de vue de la documentation. Un exemple avec cette case, pour laquelle il m’a fallu pas moins de six photos !
 

Pour résumer la suite sans trop la déflorer : en cette fin 1956, de nombreux attentats secouent Alger. Le général Massu et ses paras débarquent.


Détails de la planche 81

Dans des villas cossues et des hôtels chics, des zigotos ourdissent d’improbables complots.



Détails des planches 79 et 80

François Mitterrand est encore Garde des Sceaux dans le gouvernement Mollet, mais plus pour très longtemps : le général de Gaulle va revenir au pouvoir, à la suite de l’assaut contre le siège du Gouvernement général à Alger le 13 mai 1958.


Détails des planches 90 et 94 © Puchol/Rotman/Delcourt 2021

Bref, ça barde.

mardi 2 février 2021

Virtuellement vôtre

Je vous en informais dans le précédent post : initialement prévue début décembre 2020, la 10e édition du SoBD n'aura lieu qu'en décembre 2021.

 

Pour vous faire patienter jusque là, voici le e-SoBD ! Organisé en partenariat avec la Bibliothèque Publique d’Information du Centre Pompidou, il vous proposera une soirée en ligne le lundi 8 février prochain, de 17h à 21h.

 

Au programme : la remise du Prix Papiers Nickelés-SoBD - la liste des ouvrages sélectionnés est à retrouver ici ; la revue de littérature où une brochette d'experts discutent d’ouvrages sur la bande dessinée ; un grand entretien avec Jean-Claude Mézières animé par Sonia Déchamps, et ponctué de commentaires de planches choisies parmi son œuvre. Comme chaque année, je me plierai à l’exercice !

e-SoBD
Lundi 8 février 2021
17h-21h
En direct sur www.bpi.fr
ou sur Facebook
https://fb.me/e/3XGJuTxXn

dimanche 17 janvier 2021

Le fameux coup de dés

Il est grand temps de vous présenter tous mes vœux pour 2021 ! 


Si j’ai choisi de placer cette année sous les auspices du dé, ce n'est pas seulement parce qu'elle comportera sa part de hasard. Le saviez-vous ? En additionnant les six faces d'un dé, 1+2+3+4+5+6, on obtient 21. Un coup de dés forcément gagnant pour 2021, donc.

Depuis maintenant neuf ans, je fais partie du comité de pilotage du SoBD. L’édition 2020, initialement prévue début décembre, avait été reportée à début février 2021 pour cause de confinement. La situation sanitaire nous oblige à reporter à nouveau : cette 10e édition se tiendra donc en décembre 2021, avec les mêmes invités d’honneur et le même pays mis en lumière.

© Willem pour le dessin et le logo/Luc Duthil pour la maquette

Pour plus d'informations, je vous invite à consulter le site du SoBD et sa page Facebook.

lundi 14 décembre 2020

Un sphynx de papier

Je ne vous ai pas donné de ses nouvelles depuis le 26 avril : François Mitterrand, du moins son double de papier, m’a accompagnée tout au long de ces derniers mois et va continuer à le faire encore quelques semaines.

Au scénario, Patrick Rotman s’attache à la carrière politique du futur président de la République dans les années 50 et plus précisément à trois affaires qui ont défrayé la chronique.

La première partie de l’album, la plus longue, démarre en mai 1954, au moment de la défaite de l’armée française à Dien-Bien-Phu. 

Ah, la quatrième République, ses gouvernements qui valsent et ses ministres qui ne passent pas forcément à la postérité… Qui se souvient de Léon Martinaud-Déplat, alors ministre de l’Intérieur ? Parmi les acteurs de la machination qui va se mettre en place, on trouve aussi le préfet de police Jean Baylot, ainsi que le secrétaire général du comité de défense nationale, Jean Mons.

De gauche à droite : Martinaud-Déplat, Baylot et Mons

Pendant ce temps, à la rédaction de L’Express, les jeunes Françoise Giroud, Jean-Jacques Servan-Schreiber et Pierre Viansson-Ponté œuvrent pour amener Pierre Mendès France au pouvoir.

De gauche à droite : Viansson-Ponté, Giroud, Servan-Schreiber

C’est chose faite en juin 1954 : désigné président du Conseil, Mendès France cède aux instances de François Mitterrand, qui devient son ministre de l’Intérieur.

 Au centre, René Coty, à sa droite, Mendès France, puis Mitterrand

Et c’est là que les ennuis vont commencer pour celui-ci. On ne peut pas dire qu’il s’en préoccupe outre mesure. En tout cas, cela ne l’empêche pas d’aller draguer les starlettes sur les plateaux de cinéma !

 
© Puchol/Rotman/Delcourt 2021

dimanche 1 novembre 2020

Chamailleurs de tous les pays...

© Jeanne Puchol/Les Allumés du Jazz, 2020

Pour le numéro 39 des Allumés du Jazz, j’ai été invitée à illustrer le mot Chamailleur, et plus précisément ce texte écrit par Albert Lory, pour sa brillante rubrique Encyclopédie :

Dérivé du verbe chamailler « combattre » jusqu’au début du XVIe siècle, le terme signifie ensuite, dans sa forme transitive, « se disputer au sujet de futilités ». Le président de la République française l’a employé le 1er mai 2020, exprimant «une volonté forte de retrouver dès que possible, les 1er mai joyeux, chamailleurs parfois». Chamailleurs, ces anarchistes américains exécutés en 1887 parce qu’ils luttaient pour la journée de 8h ? Chamailleurs, ces ouvriers et ouvrières sur qui la troupe tira à Fourmies le 1er mai 1891 ? Plus d’un siècle d’une lutte des classes réduite à de petites disputes récréatives, à moins que notre pilulier, emberlificoteur du « en même temps », ait pensé le mot en son sens premier (1080) « tailler en pièces ». À qui le tour ?

Paru en septembre, ce numéro est disponible à la lecture et au téléchargement gratuits ici. On peut aussi s’abonner à la version papier au tarif de son choix ici. Et ça tombe bien, parce que les différents lieux où cet excellent journal est disponible - disquaires, salles de concert… - sont à nouveau fermés jusqu’à nouvel ordre, re-confinement oblige.

En bonus, l'esquisse et l'encrage de cette chamaillerie.