samedi 1 janvier 2022

Faites vos jeux, faites vos vœux

 En ce premier jour de 2022, il est facile de parier sur le bon numéro !

Aimables visiteuses et visiteurs de ce blog, je vous souhaite une année placée sous le signe de la (bonne) fortune ; et vous dis à très bientôt pour les premiers rendez-vous du mois de janvier.

lundi 29 novembre 2021

Une fin de semaine intense

 

Le jeudi 2 décembre, j’aurai le plaisir d’animer une rencontre avec Baru, auteur multi-primé d’une vingtaine d’albums inoubliables. Cette soirée est le résultat d’un partenariat entre le SoBD, l’Alliance française et la RATP.

Il est possible d’y assister sur place, dans l’amphithéâtre de l’Alliance Française, ou bien en ligne.
Mais dans les deux cas, il faut s’inscrire :
- sur place : https://forms.gle/eB36ozbMAVh4Bvrk9
- en ligne :  https://app.livestorm.co/institut-francais/rencontre-avec-baru

D'autres informations sont à retrouver sur le site de l’Alliance française ou en consultant l’événement Facebook.

Jeudi 2 décembre 2021
De 19h à 20h30
Alliance Française
101 boulevard Raspail
75006 Paris

Le lendemain, c’est le SoBD qui démarre et s’installe pour trois jours dans la Halle des Blancs-Manteaux.

 

Invité d'honneur avec Numa Sadoul, Willem signe l'affiche de cette onzième édition, qui portera le focus sur la BD de Madagascar. Miles Hyman et Baru (tiens, tiens) animeront chacun une master class.
 
J’y serai le dimanche 5 décembre, pour l’incontournable commentaire de planche. Cette année, mes camarades Harry Morgan, Philippe Morin, Christian Rosset et moi-même avons chacun choisi une planche de Variations, l’album de Blutch en hommage à ses auteurs favoris. Pour en savoir plus, on peut aller directement à cette page.
 
L’entrée du SoBD est gratuite, à condition d’avoir téléchargé son badge sur le site. En suivant le même lien, on trouvera toutes les informations concernant les expositions, rencontres, dédicaces et autres ateliers.

Jeudi 5 décembre 2021
À 17h
Halle des Blancs-Manteaux
48 rue Vieille-du-Temple
75004 Paris
 
Entre les deux, le samedi 4 décembre, je ferai un saut à la Fête de la BD d’Audincourt.

C’est Carole Maurel qui en a réalisé l'affiche. J’aurai le plaisir de la retrouver ainsi qu’une vingtaine d’autres consœurs et confrères. Le détail des animations, expositions, projections et autres réjouissances figure bien évidemment sur le site de la manifestation.

Samedi 4 décembre 2021
De 10h à 12h et de 14h à 18h
Espace Japy
Allée de la Filature
25400 Audincourt

vendredi 5 novembre 2021

SoBD, le retour

Dans un mois tout juste s’ouvrira la 11e édition du SoBD. 

Dessin © Willem

À l’affiche : les invités d’honneur, Willem et Numa Sadoul, la BD malgache, les nouvelles approches formelles et transdisciplinaires dans la bande dessinée, la revue de littérature, les commentaires de planches… En tout, treize rencontres et tables rondes sur lesquelles j’aurai l’occasion de revenir très prochainement. Les détails figurent d’ores et déjà sur le site de la manifestation.

Cette programmation aurait dû être celle du SoBD 2020, si ce dernier n’avait été annulé pour les raisons sanitaires bien connues de tous. Grâce à la pugnacité de Renaud Chavanne, un e-SoBD s’est tenu au centre Georges Pompidou en février 2021, sans public, mais avec une captation vidéo désormais disponible en ligne.

Jean-Claude Mézières accorde à Sonia Déchamps un grand entretien passionnant, au cours duquel je me livre à mon exercice favori : le commentaire de planches. Parler d'une page extraite de La cité des eaux mouvantes, premier album des aventures de Valérian et Laureline, devant son dessinateur en personne, un grand moment de trac à retrouver à partir de la 54e minute.

Vous pourrez aussi revivre la remise du Prix Papiers Nickelés SoBD, en suivant ce lien et la Revue de littérature, en suivant celui-ci.

Le SoBD, c'est bien entendu un site, et une page Facebook.

SoBD 2021
Vendredi 3 décembre de 15h à 19h
Samedi 4 et dimanche 5 décembre de 11h à 19h
Halle des Blancs-Manteaux
48 rue Vieille du Temple
75004 Paris

dimanche 10 octobre 2021

Cognac pour tout le monde, foie gras pour les autres

Le week-end prochain, je serai dans la bonne ville de Cognac, pour la 26e édition du Festival Polar. Cette manifestation s’enorgueillit à juste titre d’être « le seul festival en Europe regroupant et récompensant les cinq Arts que sont la Bande Dessinée, le Cinéma, la Littérature, la Télévision et le Théâtre ».

C’est Max Cabanes qui signe l’affiche de ce crû 2021.
 

Illustration © Max Cabanes
Pour ma part, outre Mitterrand et ses ombres, je dédicacerai l’anthologie publiée à l’occasion des 25 ans du salon, Polar, Shots entre amis à Cognac, pour laquelle j’ai réalisé un récit court à l’humour très noir. Je vous en avais parlé ici-même.

Les anglophones seront ravis d’apprendre qu’il existe désormais une version américaine de cet ouvrage, augmentée de plusieurs bonus d’auteurs états-uniens.

Le programme, les invité·es et les infos pratiques sont à retrouver sur le site http://www.festival-polar-cognac.fr/

Vendredi 15, samedi 16 et dimanche 17 octobre 2021
Festival Polar de Cognac
Centre de congrès La salamandre
Place Jean Monnet
16100 Cognac

vendredi 10 septembre 2021

Quelque part dans le système solaire

Illustration © Sylvain Savoia

Bigre ! Plus fort que le Festival international de bande dessinée à Angoulême, le Festival interplanétaire de bande dessinée à Reims ! Vous pourrez m'y retrouver le vendredi 17 septembre, entre deux planètes, trois comètes et quelques étoiles filantes. Je dédicacerai Mitterrand et ses ombres ainsi que mes albums récents de 14h à 18h, place du Forum.

Même si je ne suis plus là le lendemain, les festivités continueront avec la trentaine d’auteurs et autrices invités.

Animations, ateliers, expositions, rencontres : le détail des réjouissances est sur la page Facebook de l’événement.

Vendredi 17 septembre 2021
14h-18h
Place du Forum
51100 Reims

dimanche 8 août 2021

Les gazettes en ont parlé

La couverture médiatique des quarante ans de l’élection de François Mitterrand en 1981 a profité à Mitterrand et ses ombres pendant plusieurs semaines.

Dans la presse nationale, tout d’abord, avec un article dans Libération, signé Marius Chapuis,

et un autre dans Marianne, sous la plume de Myriam Perfetti.

Sur le site de presse Blast Info, Jean-Samuel Kriegk a visiblement beaucoup apprécié le livre et conclut ainsi une chronique très complète :
Le plus étonnant est de constater qu’à l’instar de l’homme dont le nom est au cœur des affaires, celles-ci gardent toutes les trois leurs propres zones d’ombre : aucune n’est complètement résolue, et Mitterrand y occupe pour chacune un rôle qui reste mystérieux.

Voici aussi une sélection des nombreux papiers parus dans la presse quotidienne régionale  :
Daniel Muraz dans Le Courrier picard : Un climat très bien restitué par le travail graphique de Jeanne Puchol, avec un dessin fin, dans un noir et blanc rehaussé de gris qui donne un côté très polar politique rétro à ces Ombres.  

La Dépêche du midi : Car avant l’avènement, Mitterrand a vécu une vie romanesque que le roman graphique dessiné par Jeanne Puchol retrace, en noir et blanc. Sous la forme d’une interview menée au cours d’une longue séance de pose, quelques mois avant sa disparition, les deux auteurs démêlent l’écheveau de sombres histoires, celles qui ont façonné le personnage Mitterrand. "Mitterrand et ses ombres" se parcourt comme un passionnant polar, peuplé de coups bas, de guerres d’ambitions et de jugements sévères portés sur les principaux acteurs d’une époque richissime. À mettre dans les mains de tous les passionnés de jeux politiques.

Michel Libout a placé l’album dans sa sélection pour L’Indépendant.

Enfin, Guillaume Sergent a interviewé Patrick Rotman pour Centre Presse et La Nouvelle République du Centre Ouest.

Du côté des sites spécialisés BD, pour n’en citer que trois, voici ce qu’en pensent 

Mick Leonard pour Planète BD : Jeanne Puchol, avec un noir et blanc aux subtiles nuances de gris ajoute un ton de polar rétro à ces évènements et s'efforce de croquer les protagonistes de manière reconnaissable sans être figés. Son Mitterrand jeune, ainsi que Pierre Mendès France, sont réussis. On a l'impression qu'elle a pu poser une caméra dans les années cinquante, comme Rotman a aimé le faire avec leurs successeurs des années récentes – Hollande ou Sarkozy par exemple.

Cirriana sur BD.Krinein : On perçoit les frustrations, les espoirs, l’égo de ce grand stratège politique. Absolument passionnant pour qui s’intéresse à la politique des années 50. 

et Christine Le Garrec pour Papier à Bulles : Largement occultées des livres d’Histoire, ces affaires sont ici révélées au grand jour, grâce au patient travail de documentation de l’historien Patrick Rotman, qui nous dévoile, en détail et en profondeur, les coulisses d’une quatrième république rythmée de règlements de comptes vicieux et de pratiques politiques discutables, sous le dessin expressif de Jeanne Puchol.
 
Merci à elles et eux, et merci à Maud Beaumont pour son formidable travail d'attachée de presse !

lundi 5 juillet 2021

Un peu d'Armor dans ce monde de brutes

Le Tonton's Tour se poursuit !

Après la Moselle, direction les Côtes d’Armor, plus précisément Saint-Brieuc où je suis invitée ce week-end des 10 et 11 juillet par le festival Bulles à Croquer

 

 

C'est Julien Solé qui signe l’affiche de cette douzième édition qui accueillera trente-huit autrices et auteurs. La liste complète est à retrouver ici.

Dédicaces, expos, tombola… pour suivre l’actualité du festival, on pourra aussi consulter sa page Facebook

Samedi 10 et dimanche 11 juillet 2021
Carré Rosengart - Port du Légué
À Saint-Brieuc et Plérin

vendredi 2 juillet 2021

Portage et partage sont dans un bateau...

Pour leur numéro 41, Les Allumés du Jazz m’ont demandé de participer à nouveau à la rubrique Encyclopédie.

Il s’agissait cette fois d’illustrer l’expression "porteur de projet", du moins le texte qu’elle a inspiré à Albert Lory :
Issus des porterres et porteors, nous avons eu en mille ans, des porteurs d’eau, de bagages, des porteurs de contraintes, des porteurs de germes, des piliers porteurs, des gros et petits porteurs, des porteurs de titres (pas toujours déposés à la Sacem), des porteurs de rogations, des mères porteuses, des triporteurs, Cole Porter, des murs porteurs, des porteurs du pénitencier, des reporteurs, des rats porteurs, des chaises à porteurs, des Sherpas, des porteurs de flamme olympique, des porteurs de cercueils… Voilà que les institutions culturelles rejoignent les champions des start-ups et s’entichent des porteurs de projet. Plus d’œuvre, mais des projets, plus de musiciens, de producteurs, mais des porteurs. Remise des chèques aux porteurs, en espérant ne pas voir se pointer les porte-flingues après les porte-monnaie.

La piste de la chaise à porteurs m’a semblé la plus intéressante à creuser : celle-ci renvoie à la servitude, aux mœurs féodales ou coloniales, offrant ainsi un anachronisme intéressant avec la modernité auto-proclamée des champions des start-ups épinglés dans l’article.

J’ai donc commencé par faire des croquis à partir de différents modèles trouvés sur le Net. 


On voit l’association visuelle qui me mène du filanzane de Madagascar à une esquisse très proche du dessin final.

Voici enfin l’ensemble texte-image tel qu’il apparaît dans le journal, qui vient de paraître.

 

Un numéro disponible, comme toujours, à la lecture et au téléchargement gratuits, par abonnement au tarif de son choix ou encore dans les magasins de disques, les salles de concerts et autres lieux dédiés.

jeudi 17 juin 2021

Annulation

 Le réveil inattendu de ma tendinite chronique de la main droite m'oblige à annuler la dédicace prévue ce samedi 19 juin à la librairie Bédérama de Reims.

Chères et chers libraires, lecteurs et lectrices, je vous présente toutes mes excuses ; et j'espère qu'une autre occasion se présentera.

mercredi 9 juin 2021

Malbrough s'en va, la BD s'en vient

La levée progressive des restrictions sanitaires permet la reprise tout aussi progressive des salons et festivals : le week-end prochain, je suis invitée au festival BD de Malbrouck, qui se déroule dans les murs d’un beau château-fort du XVe siècle.

Orchi — Photographie personnelle, CC BY-SA 3.0

Ce nom vous dit quelque chose ? Initialement dénommé château de Mensberg, son surnom lui vient du duc John Churchill de Marlborough, immortalisé par la chanson populaire Marlbrough s'en va-t-en guerre


Dessin © Lele Vanello

Au menu, outre les traditionnelles séances de dédicaces : des camps de reconstitution historique, des animations et l’exposition « Astérix, l’Européen ». Le programme complet est en téléchargement ici. Et La Gazette de Moselle en parle déjà.

Attention : réservation obligatoire !

Samedi 12 et dimanche 13 juin 2021
10h-13h30 et 14h30-18h
Château de Malbrouck
57480 Manderen

lundi 10 mai 2021

Quarante ans après le 10 mai 1981

 

Droite ou gauche ? Non, non, je ne parle pas de l'étiquette politique de François Mitterrand, mais des rives de la Seine. Pas de jaloux, les Parisien·nes des deux bords seront servi·es ! Je dédicacerai Mitterrand et ses ombres dans les prochains jours aux un·es et aux autres.

Le mercredi 12 mai, ce sera rive droite, chez Univers BD, 29 ter rue du Château d’Eau dans le Xe, de 15h à 18h. Il vaut mieux se renseigner au 01 40 27 88 63 pour s'assurer que les consignes sanitaires n'entraînent pas une jauge et un ordre d'arrivée.

Le samedi 15 mai, ce sera rive gauche, chez Pulp’s BD, 3 rue Dante dans le Ve, de 15h à 18h également. La pré-inscription est requise par mail auprès de pulps.bd@gmail.com ou par téléphone au  09 54 14 82 35.

mercredi 5 mai 2021

Les dessous d'une couverture

J'ai commencé mes recherches pour la couverture de Mitterrand et ses ombres le 28 août 2020. À ce stade, le titre définitif n'était pas encore arrêté, mais il y était déjà question d’ombres, ce qui explique la présence récurrente de celles-ci dès les premières esquisses. 

Mais pourquoi ce buste sculpté ? L’album est construit comme un récit dans le récit : fin 1994, au cours de plusieurs séances de pose pour un sculpteur, le Président Mitterrand raconte à une jeune journaliste plusieurs épisodes rocambolesques de sa carrière dans les années 50.

La première piste est donc celle d’une confrontation entre Mitterrand jeune et le buste de Mitterrand âgé.

Entre ces deux esquisses, j'ai fait s'affronter Mitterrand jeune et Mitterrand âgé - mais toujours avec des ombres.

La deuxième piste met l’accent sur l’aspect thriller présent dans l’album avec le vrai-faux attentat de l’Observatoire, qui sert de fil rouge au scénario de Patrick Rotman.

De manière assez prévisible, au lieu de choisir entre une piste et l’autre, on me demande de combiner les deux.



Nous sommes maintenant à la mi-septembre. Le titre est désormais connu. D’un commun accord, nous choisissons la proposition 6. Je précise un peu le dessin et je fais quelques versions couleurs, sans être pleinement convaincue.

 
 
Quand soudain, le 28 septembre : Et pourquoi pas l’ombre seule ?
 

Les éditions Delcourt font maquetter en interne plusieurs options :



C’est cette dernière proposition qui l’emporte. Ne reste plus qu’à dessiner et mettre en couleurs séparément les deux éléments - ombre d’un côté, voiture, phares et personnage de l’autre - pour faciliter leur mise en page par le graphiste ; et à ajouter, in fine, les éclats de balle et le verre brisé au sol.

Merci à Philippe Tomblaine qui a consacré une belle chronique à l'album et à la mise au point de la couverture sur BD Zoom !