mardi 12 mars 2019

30 bougies pour Tirésias

Les éditions Tirésias fêtent cette année leurs trente ans d’existence. 


Créées et portées à bout de bras par l’infatigable Michel Reynaud, elles offrent un catalogue dédié aux pages sombres ou oubliées de l’Histoire - Résistance, déportation, guerre d’Algérie, guerre de 1914-1918 - mais aussi à la littérature, à la poésie, aux témoignages…

Cet anniversaire m’a donné envie de faire un tour d’horizon de ma contribution à cette extraordinaire aventure éditoriale.


En 1994 ou 1995, Michel Reynaud m’a contactée - ainsi que plusieurs dizaines d’autres dessinateurs - pour illustrer sa monumentale anthologie de textes écrits ou dits dans les camps du système nazi de 1933 à 1945 : La Foire à l’Homme. Il ne s’agissait d’ailleurs pas d’illustrer les textes, auxquels nous n’avions pas accès, mais de traduire en image la vision que nous pouvions avoir des camps. J’avais longtemps hésité avant d’accepter, tant la tâche me semblait insurmontable. Et puis j’avais relevé le défi, en découvrant qu’un texte de Boris Taslitzky, dont j’avais suivi les cours de dessin aux Arts Déco, figurait dans le recueil. Le défi avait été technique aussi : c’était la première fois que je faisais des monotypes. J’en avais réalisé une série, afin que Michel fasse son choix ; et il les avait tous publiés, répartis entre les deux volumes.

© Jeanne Puchol/Tirésias/1996

En 2004, c'est le 60e anniversaire de la Libération de Paris. Michel Reynaud crée une petite collection Histoire Jeunesse, pour laquelle j’illustre Comme une grande fête de Max Rainat et Bleuette de Madeleine Riffaud. Je garde un souvenir ébloui d’une rencontre de plusieurs heures en tête à tête avec cette immense résistante, poétesse, journaliste...

La même année sort Elles et eux et l’Algérie. À nouveau, Michel Reynaud est arrivé à me convaincre ! Alors qu'il s'agit là d’écrire une contribution pour ce livre qui rassemble des témoignages autour de l’Algérie d’avant et d’après la guerre d’indépendance : historiens, journalistes, avocats, militants, enfants d’Algériens, de harkis, de pieds-noirs…

Très logiquement, quand il lance la collection Lieu est mémoire en 2010, il me propose d’y participer, avec un ouvrage autour de Charonne. Au vu de la difficulté que j’ai eue à écrire la poignée de pages pour Elle et eux et l’Algérie, je ne vois pas comment j’arriverai à rédiger un livre entier. Jusqu’à ce que je trouve la solution, plus d'un an après :  m’atteler au projet sous forme de roman graphique, tout en gardant la présentation des autres titres de la collection.


Sorti en 2012, Charonne - Bou Kadir reçoit le Prix Artémisia en 2013. Je ne remercierai jamais assez Michel Reynaud de m’avoir incitée à le faire et de m’avoir soutenue tout au long de sa réalisation.

Je vous invite donc à passer sur le stand des éditions Tirésias au salon Livre Paris ce week-end. Pour ma part, j'y serai en dédicace ce vendredi 15 mars de 18h à 20h.

Livre Paris - Stand L 39
Du vendredi 15 au lundi 18 mars 2019
Paris Porte de Versailles Pavillon 1
Boulevard Victor
75015 Paris

lundi 4 mars 2019

Héroïnes ou sorcières, pourquoi choisir ?

Bientôt la Journée internationale des droits des femmes... Le 9 mars prochain, je participerai à la rencontre Les femmes dans la BD, organisée par la Médiathèque Jean-Jacques Rousseau de la bonne ville de Champigny-sur-Marne.  



Héroïnes ou sorcières, ces clichés de la femme persistent dans les planches dessinées, mais aussi chez les femmes auteures et/ou dessinatrices de BD : voici quelques-uns de thèmes que j'aborderai en compagnie de Bérénice Motais de Narbonne, réalisatrice de films en stop motion et illustratrice.

Vous n'êtes pas libre ce jour-là ? Dans cet entretien réalisé au cours du dernier SoBD, je parle entre autres de la place des femmes dans la BD !




Samedi 9 mars 2019
16h à 18h
Médiathèque Jean-Jacques Rousseau
6 place Lénine
94500 Champigny-sur-Marne

vendredi 15 février 2019

Noir devant, rose derrière

Tout nouveau, tout beau : le numéro 11 de la revue Bananas vient de sortir. Il contient un long entretien que j’ai accordé l’été dernier à son rédacteur en chef, Evariste Blanchet. Avec ses quarante pages, c'est même le plus long jamais publié dans cette revue, est-il précisé dans son éditorial !


La couverture reprend l’illustration que j’avais réalisée pour le carton de mon exposition Trente ans que ça dure ! à la galerie Oblique. C’était il y a six ans déjà, et oui.


Sur ces deux pages intérieures, il est question du diptyque paru aux Éditions de l’An 2 en 2003-2004 : Haro sur la Bouchère ! et La Bouchère au bûcher. Les aficionados de la belle hidalga apprécieront, olé.

L’entretien fait par ailleurs un tour complet de mes albums, puisque pas un n’a échappé à l’œil exercé mais néanmoins bienveillant d’Evariste Blanchet. Les notes qui complètent nos échanges sont d’une érudition ébouriffante, ce qui ne surprendra personne de la part de ce spécialiste discret, féru de bande dessinée et de cinéma. Un grand, un immense merci à lui !

Bananas est en vente dans les très bonnes librairies ou directement sur le site de la revue.

 Marc Daniau, Florence Cestac, 
Edmond Baudoin et Jeanne Puchol au FIBD 1992
© DR

dimanche 13 janvier 2019

Déjà 2019 !


Bon pied, bon œil en 2019 : pour partir du bon pied, continuer d’ouvrir l’œil et garder bon pied bon œil en toute circonstance !

Il est sorti en toute fin d’année dernière, mais il est d’une brûlante actualité : L'Autre Voie pour l’Humanité, aux éditions Delga. Cet essai réunit des points de vue pluriels d’auteurs-militants de toutes disciplines et d’horizons politiques différents, convergeant vers la nécessité de construire une société plus humaine hors des arcanes du capital. Et j’ai eu le plaisir d’en illustrer la couverture.




 © Jeanne Puchol/Delga 2018

J’ai aussi réalisé le visuel pour l’affiche et le flyer du nouveau spectacle de la Compagnie Le Lampion.  


  © Jeanne Puchol/Le Lampion, 2018

Lettres d’amour en temps de guerre propose des lectures de poèmes et textes d’Apollinaire, Brecht, Hikmet, Desnos, Neruda. La comédienne Sonia Masson sera accompagnée au violoncelle par Didier Petit. Les dates et autres informations ? Sur le site de la compagnie !


Photo © Sonia Masson

lundi 31 décembre 2018

Un peu de tout en 2018

Tiens, on est le 31... Et si je faisais un petit retour sur cette année 2018 ? Les trucs que j'ai oublié de raconter ici, les photos que je n'ai pas postées...

Janvier
Pour commémorer le cinquantenaire de mai 1968, le FIBD et son partenaire RAJA ont l’excellente idée de demander à 22 dessinatrices et dessinateurs de créer une affiche rappelant l’esprit de celles du fameux mois. Je participe à l’aventure. Nos affiches sont placardées sur des panneaux électoraux dans les rues d’Angoulême. Un recueil est édité par 9eArt+ et diffusé gratuitement durant le festival. Il vaudra un jour très cher, n'en doutons pas.

© Jeanne Puchol 2018


Mai
Les Rencontres de la BD de Bourg les Valence accueillent une superbe expo autour d’Interférences. Radio Méga a prêté le matériel vintage et la médiathèque a ressorti les vinyles d’époque.


Septembre
Une rencontre autour de l’album Féministes à la Fête de l’Huma...

Valérie Lawson, Aurélie Bévière, Jeanne Puchol 
et Oristelle Bonis des éditions iXe

... et une nouvelle expo Interférences à la médiathèque George Sand de Cléon.



Octobre
Phiippe Dachouffe m’offre une vitrine entièrement consacrée à ma-vie-mon-œuvre à l'occasion de la rencontre qu’il organise dans sa bibliothèque de Comblain au Pont.


Novembre
Durant le BD Boum de Blois, une diffusion de l’adaptation radiophonique d’Interférences a lieu au Ben’s Blues Bar. Tout ouïe, les clients en oublient de boire.


Mais vous, vous n'oublierez pas d'arroser cette fin d'année, j'en suis sûre.

À très vite en 2019 !

lundi 17 décembre 2018

Au plaisir des Allumés

Le plaisir de travailler pour Les Allumés du Jazz, c’est d’abord de recevoir le texte de Jean-Louis Wiart. De le découvrir, de le savourer, de le relire, de le relire encore, de l’annoter.


Le plaisir de travailler pour Les Allumés du Jazz, c’est ensuite de commencer à gribouiller ce qui me passe par la tête. De tourner autour de l’idée, d’y revenir, de la faire évoluer.



Le plaisir de travailler pour Les Allumés du Jazz, c’est alors de sortir les pinceaux et l’encre de Chine. De voir monter les gris, s’approfondir les noirs. De savoir quand l’image est finie.


Le plaisir de travailler pour Les Allumés du Jazz, c’est enfin de recevoir le numéro, de le feuilleter à la recherche de la bonne page. De voir de quelle manière le texte, le titre et l’image se soutiennent, se répondent.


Vous pouvez télécharger ce numéro 37 sur le site du journal. Et vous pouvez vous y abonner, gratuitement à la même adresse. Mais si vous les aimez très fort, ces Allumés, et pour leur permettre de continuer à nous donner tant de plaisir, vous pouvez choisir librement le montant de votre abonnement.

mardi 4 décembre 2018

En route pour le 8e SoBD

Dernier salon de l’année, le SoBD ouvre ses portes ce vendredi 7 décembre. Marc-Antoine Mathieu et Laurent Gerbier sont les invités d’honneur de cette édition qui ira aussi à la rencontre de la BD canadienne.

Illustration © Marc-Antoine Mathieu

Vous pourrez m'y retrouver à l’occasion de trois rendez-vous.

Le samedi 8 de 16h30 à 17h30, une table ronde sur La Ville et la Labyrinthe nous réunira, Marc-Antoine Mathieu, Laurent Gerbier, Sylvie Fontaine, Pascal Krajewski et moi-même. En voici les grandes lignes : 
Penser l’espace de la bande dessinée, celui où elle s’inscrit, l’espace de la page, de la planche, du livre, chez Marc-Antoine Mathieu, c’est penser un espace de papier, froissable, bi-dimensionnel mais pliable, dessiné et largement bichromatique. Envisager l’espace pour ce qu’il est, c’est bien sûr aussi imaginer qu’il puisse être autre. Toujours est-il que cette intelligence de l’espace prend souvent, chez Mathieu, l’apparence d’un espace urbain, labyrinthique et quelque peu oppressant, si ce n’est totalitaire. Loin de la BD-océan du Philémon de Fred… Conversations à propos d’une représentation et d’une intellection de l’espace bédéique.

Le dimanche 9, de 14h à 15h, je dédicacerai l’album collectif Féministes sur le stand des éditions Vide Cocagne, en compagnie de Marie Gloris Bardiaux Vaïente et de Valérie Lawson.

Illustration © Julia Wauters

Le même jour, à 17h30, je me livrerai à un commentaire de planche, en compagnie de Harry Morgan, Nhu Hoa Nguyen et Sylvain Rheault.

Et comme les choses sont bien faites, le site du9.org vient justement de mettre en ligne mon commentaire de planche de l’année dernière !

© Nicole Claveloux/Ah!Nana 1978

Le reste du programme est à retrouver sur le site du SoBD, où vous pourrez aussi commander le badge gratuit pour entrer et vous inscrire aux rencontres.

SoBD
Vendredi 7, samedi 8 et dimanche 9 décembre 2018
Halle des Blancs-Manteaux
48 rue Vieille du Temple
75004 Paris

dimanche 18 novembre 2018

Le dernier selfie de Jack Palmer

Le 35e salon BD Boum ouvrira ses portes le week-end prochain à Blois. C’est le regretté René Pétillon qui signe l’affiche d’une édition qui se déroulera donc sans son président… Une expo lui est consacrée, ainsi qu’à Annie Goetzinger, autre artiste prématurément disparue en fin d’année dernière.

Illustration © René Pétillon

Le détail de la programmation ? La liste des 224 autrices et auteurs en dédicace ? Vous trouverez tout sur le site du festival.

Pour ma part, je serai présente le samedi 24 novembre de 16h à 18h et le dimanche 25 de 11h à 13h puis de 15h à 17h.

Interférences sera à nouveau mis à l’honneur, puisqu’une diffusion publique de l’adaptation radiophonique de l’album aura lieu le samedi 24 à 19h au Ben’s Blues Bar, suivie d'une rencontre avec Laurent Galandon et moi-même, et d'une séance de dédicace. Le site internet, c’est par ici, l’événement Facebook, par là.

BD BOUM
Vendredi 23, samedi 24 et dimanche 25 novembre 2018
Halle aux Grains et chapiteau
Place de la République
41000 Blois

Ben’s Blues Bar
Samedi 24 novembre 2018
19h-22h
41 rue Saint Lubin
41000 Blois


lundi 22 octobre 2018

Du Condroz à l'Indre

Le vendredi 26 octobre prochain, la bibliothèque de Comblain au Pont - c'est à côté de Liège, dans la région du Condroz, en Belgique - m'accueillera pour une rencontre avec le public, suivie d'une séance de dédicaces. Sur Facebook, c'est par ici.


Le lendemain, samedi 27 octobre, Radio Balistiq - radio associative de l'Indre - fête ses 10 ans au cinéma l’Apollo de Chateauroux, avec une programmation dédiée aux radios libres. La diffusion de l’adaptation radiophonique d’Interférences ouvrira le bal à 15h45. Sur Facebook, c'est par là.

Vendredi 26 octobre 2018
20h
Maison du Peuple
Place Puissant, 5
4171 Poulseur


Samedi 27 octobre 2018
15h45
Cinéma l’Apollo
4 rue Albert 1er
36000 Châteauroux

dimanche 7 octobre 2018

Parce que La Gloire : PLG a 40 ans

Il y a 40 ans, de jeunes lycéens montrougiens passionnés de BD créaient le fanzine Plein La Gueule Pour Pas Un Rond. La médiathèque de Montrouge rend hommage à cette aventure éditoriale avec une exposition qui durera jusqu’au 27 octobre 2018.



Photos © Jeanne Puchol

Cette rétrospective m’a donné envie de revenir sur mes propres contributions à ce fanzine puis à la maison d’édition éponyme.

Contrairement à beaucoup d’auteurs de ma génération qui ont fait leurs premières armes dans des fanzines avant de se lancer dans leur premier album, j’ai déjà publié Ringard ! et Traquenards chez Futuropolis lorsque le court récit Adieux paraît dans le n°22, à l’été 1987.

Illustration © André Juillard

© Jeanne Puchol/PLG, 1987

Il est traduit en grec et repris dans le périodique Babel en septembre de la même année.


Initialement, La Concorde devait accompagner les autres récits noirs du recueil Traquenards déjà mentionné. Par souci de cohérence, il n’y figurera finalement pas. Rien ne se perdant, hop ! il a les honneurs du numéro double spécial 10e anniversaire de l’été1988.

Illustration © Max Cabanes
© Jeanne Puchol/PLG, 1988

En 1999, la fine équipe de PLG me demande si j’ai des inédits de la période Futuro qui pourraient être réunis dans un format à l’italienne rappelant celui de la collection X. J’ai des inédits, mais pas au bon format, alors je leur propose une improbable suite de planches improvisées au cours des mois précédents et totalement impubliables, de mon point de vue. Ça ne leur fait pas peur et ce sera Chimères.

© Jeanne Puchol/PLG, 1999

Quelques mois après, me voici de retour dans le fanzine, devenu annuel et de plus en plus luxueux : Ici la Bouchère ne se noie pas paraît dans le n°36 à l'hiver 2000-2001...

Illustration © Baru

© Jeanne Puchol/PLG, 2000

... puis dans le n°37 à l'hiver 2002-2003, avant-dernier numéro du fanzine qui s'arrêtera l'année suivante.

Illustration © Daniel Clowes

© Jeanne Puchol/PLG, 2002

Ces deux épisodes, à peine modifiés, constitueront le début de Haro sur la Bouchère ! (Éditions de l’An 2, 2003).

Au catalogue PLG, on trouve aussi des essais, des monographies ou des entretiens avec des auteurs, comme ces Jeux d’influences, où je suis invitée, en compagnie de 29 confrères, à parler de mes livres fétiches (en l’occurrence Sous le signe du Capricorne de Hugo Pratt et Enfants c’est l’Hydragon qui passe de Jean-Claude Forest, ce qui ne surprendra personne).

Illustration © Yves Chaland

Ce tour d’horizon serait incomplet si je ne mentionnais pas ma participation au très collector PLG 35 ans 12.775 jours de bande dessinée…

© Jeanne Puchol/PLG, 2013

et la carte de vœux 2017 que j’ai eu l’immense honneur de réaliser !

© Jeanne Puchol/PLG, 2017 

Encore un grand merci à ces trois lascars : Pierre-Marie Jamet, Philippe Morin et Dominique Poncet, qui, contrairement à d’autres dans ce milieu devenu tristounet, n’ont jamais perdu leur envie de déconner !

Ici au cours du vernissage, avec Étienne Lengereau, Maire de Montrouge 
et Onurb, le quatrième mousquetaire des tout débuts de PLG.
Photo © Jeanne Puchol


Du 6 au 23 octobre 2018
Médiathèque
32 rue Gabriel Péri
92120 Montrouge

mardi 25 septembre 2018

Toujours à l'Ouest

Après la Bretagne, la Normandie : le week-end prochain, je serai à Darnétal pour le festival Normandiebulle.


Invitée d’honneur, l'amie Catel signe l’affiche de cette 23e édition. Autrices et auteurs présents, programme des expositions et des animations sont à retrouver sur le site de la manifestation.

Comme dit dans un précédent post, samedi 29, à 10h, je serai à la Médiathèque George Sand de Cléon, pour commenter l’exposition des planches d’Interférences qui se terminera le soir.


Samedi 29 et dimanche 30 septembre 2018
10h à 18h

Tennis couverts
Allée de la Gare
76160 Darnétal