vendredi 12 juin 2020

En mémoire de la Promenade

Le 14 juillet 2016, un camion fonce dans la foule présente sur la Promenade des Anglais à Nice.

Presque quatre ans après, Promenade de la mémoire réunit les témoignages de six victimes de cet attentat, adaptés en bande dessinée par Alexis Sentenac, Edmond Baudoin, Céline Wagner, Joël Alessandra, Alexis Robin et moi-même. Sa parution a été reportée à plusieurs reprises, à cause de la pandémie. Il est enfin en librairie depuis le 3 juin.

Illustration © Joël Alessandra/Des Ronds dans l'O, 2020

Quand Marie Moinard, fondatrice des éditions Des ronds dans l'O, m’a contactée l’année dernière pour participer à cet album, j’ai beaucoup hésité. Le but, la prévention de la radicalisation, était louable, toutes les garanties avaient été réunies autour du recueil des témoignages, effectué par Isabelle Seret, spécialiste en sociologie clinique et formée en victimologie appliquée… mais me faire l’écho de tant de violence, de tant de souffrances me semblait a priori trop dur.

Et puis j’ai lu le témoignage de Séloua, qui a perdu sa sœur aînée Aldjia ce soir-là. La double peine subie par cette jeune femme d’origine algérienne et confrontée à l’islamophobie la nuit du drame, alors même que sa sœur est l’une des victimes, m’a convaincue de passer outre mes réticences.

Il s’agissait d’adapter la transcription du témoignage, longue de cinquante-deux pages, en onze planches de bande dessinée… Après avoir lu et relu ces pages, rétabli le fil chronologique d’un récit rendu chaotique par l’émotion, identifié les différents protagonistes, les différents lieux, j’ai fait ce premier chemin de fer, à partir duquel j’ai écrit le scénario.


J’ai tenu à conserver autant de phrases prononcées par Séloua que possible, tant elles m’ont frappée par leur sincérité, leur force et, de manière plus inattendue, leur poésie.

Voici la première version, en deux pages, du récit de la panique face à la foule qui fuit sur la promenade des Anglais.


Puis l’esquisse ramenée à une seule page.


Et enfin la planche définitive.
© Jeanne Puchol/ Des Ronds dans l'O, 2020

 Quelle plus belle récompense que ces paroles de Séloua, à qui Isabelle Seret a montré mes planches :

« Ce brouhaha de la planche 2, c’est vraiment ce que j’avais dans la tête. Est-ce que j’allais mourir ? On passe de la joie à la peur puis à la confusion et on voit le changement de climat d’une page à l’autre. Ce sont mes yeux. L’artiste a bien perçu que ce sont mes yeux parce que dans mon cerveau, je n’ai pas encore compris. Là, je vais pouvoir témoigner, laisser une trace. À travers le récit et grâce aux illustrations, cela donne de l’empathie et ça permet de comprendre ce que j’ai ressenti pour donner un peu d’humanité. Je voulais donner ce vécu humain et déchirant autrement que dans les médias. J’aimerais partager ces planches là où je vais prier, à l’école, dans les cours d’éducation civique. C’est une manière de faire de la prévention et de faire vivre ma sœur. Je veux comprendre les causes de sa mort. Je veux donner un sens à sa mort. C’est très bien pour cela. »

En savoir plus sur Promenade de la mémoire, lire des extraits, commander l'album ? C'est possible sur le site des éditions Des Ronds dans l'O.

dimanche 26 avril 2020

Brève de confinement

Ce blog a été bien inactif depuis deux mois ! Mais je n’ai pas chômé, malgré le confinement.

Par exemple, j’ai eu le temps de finir le découpage dessiné de mon prochain album.



Oui, oui, ce visage ne vous est pas inconnu : il sera bien question de François Mitterrand, du moins de son implication dans plusieurs scandales politiques qui défrayèrent la chronique pendant les années cinquante. On assistera ainsi au délitement de la IVe République, sur fond des deux guerres coloniales - Indochine et Algérie - qui l’accompagnèrent.

Au scénario : Patrick Rotman, fin connaisseur de l’histoire de la gauche française - lire ou relire Générations, avec Hervé Hamon - et de ce président élu en 1981 - voir sa série documentaire François Mitterrand ou le roman du pouvoir ou encore son roman Un homme à histoires.

La sortie de ce roman graphique est prévue en 2021 aux éditions Delcourt ; et Patrick Rotman l'évoque au détour de cet entretien accordé à Ouest France à l'occasion de la diffusion de son documentaire Goulag - Une histoire soviétique.

dimanche 23 février 2020

À mes glorieuses aînées

J’ai eu deux fois l’occasion de rendre hommage à mes glorieuses aînées, ces dernières semaines.

La première m’a été offerte par Christian Staebler, pour le tome 2 de La Grande aventure de la bande dessinée (PLG).


Ce deuxième volume traite du tournant des années 60 et 70 et, comme le premier, est illustré de strips parodiques. Christian Staebler m'a proposé le chapitre 1974-1979 – Où sont les femmes ? Plusieurs d’entre elles étant passées par les pages de l’éphémère magazine 100% féminin Ah!Nana, j’ai repris les personnages de trois des plus emblématiques : le Cloune de Nicole Claveloux, le Harry Mickson de Florence Cestac, et le Andy Gang de Chantal Montellier. Et j'ai imaginé les retrouvailles de ces anti-héros cinquante ans plus tard, dans une époque qui a bien changé…

© Jeanne Puchol/PLG, 2020

La deuxième occasion est liée, plus tristement, à la disparition de l’immense Claire Bretécher, le 11 février dernier. J’ai dit et redit combien son talent, sa drôlerie et son intelligence avaient été des éléments déterminants pour mon propre parcours. Lui rendre hommage dans la dernière livraison de L’Humanité Dimanche (20-26 février 2020) était donc bien le moins que je puisse faire.

© Jeanne Puchol/L'Humanité Dimanche, 2020

dimanche 26 janvier 2020

Nicole Claveloux en majesté

Le Festival d’Angoulême ouvre ses portes le jeudi 30 janvier. J’y serai dès la veille pour deux visites guidées de l’exposition Nicole Claveloux - Quand Okapi rencontre Métal Hurlant, réservées aux professionnels - journalistes, exposants et auteurs accrédités.

© Nicole Claveloux

Assurer, avec Jean-Marc Lonjon, le commissariat de cette exposition m’aura permis de participer à la redécouverte de cette autrice culte, comme le dit si bien Lucie Servin dans le dernier numéro des Cahiers de la BD.


Outre une interview passionnante de Nicole Claveloux, on pourra lire un entretien où j’évoque ma rencontre avec son œuvre.


L’intégralité de la bande dessinée Une gamine toujours dans la lune, initialement parue en décembre 1977 dans le numéro 6 d’Ah!Nana, complète ce copieux dossier.

Les originaux seront visibles dans l’exposition, ainsi que ceux de plusieurs autres récits publiés dans ce magazine hors du commun, injustement victime de la censure. On y retrouvera aussi des planches de Grabote et Léonidas, de Cactus acide et Beurre fondu ou de Louise XIV, figures familières aux lecteurs d'Okapi. L'exposition fait également une large place aux illustrations et peintures réalisées au cours de ces cinquante dernières années par cette artiste prodige et prodigue.

Nicole Claveloux - Quand Okapi rencontre Métal Hurlant
Hôtel Saint-Simon
15 rue de la Cloche Verte
Angoulême


Mercredi 29 janvier 2020 - Journée réservée aux professionnels
Visites guidées de 11h à 12h et de15h à 16h


Du jeudi 30 janvier au dimanche 2 février 2020 -
Ouverture au public 
10h à 19h

vendredi 17 janvier 2020

À ne manquer sous aucun prétexte

Dans son numéro 108 de ce mois de janvier, L’Immanquable prépublie Paroles pour Aldjia, un récit de onze pages à paraître chez Des Ronds dans l’O dans l’ouvrage collectif Promenade de la mémoire, enrichi de quatre pages d’interview.


© Jeanne Puchol/Des Ronds dans l'O/L'immanquable 2020

L’album, consacré à l’attentat de Nice du 14 juillet 2016, réunit six auteurs et autrices - Joël Alessandra, Edmond Baudoin, Alexis Robin, Alexis Sentenac, Céline Wagner et moi-même - qui ont adapté six témoignages de victimes ou de proches de victimes en bande dessinée. Il paraîtra le 15 avril prochain mais sera disponible en avant-première au FIBD d’Angoulême.

© Jeanne Puchol/Des Ronds dans l'O/L'immanquable 2020

Le même numéro de L'Immanquable ouvre ses colonnes à Céline Wagner et son récit La douleur des mots. Merci au rédacteur en chef, Frédéric Bosser, pour ce beau cadeau de début d’année.

Mais oui, au fait : j’allais oublier de vous la souhaiter bonne et heureuse !

© Jeanne Puchol 2020

lundi 30 décembre 2019

Pour finir 2019 en beauté

J’ai consacré les derniers mois de cette année 2019 à un travail entièrement nouveau pour moi, mais vraiment passionnant : assurer le commissariat de l’exposition Nicole Claveloux - Quand Okapi rencontre Métal Hurlant, qui sera présentée à Angoulême lors du prochain FIBD.

Vous pouvez d’ores et déjà lire la présentation sur le site du festival.

Photo © Jeanne Puchol

Je me suis surtout penchée sur la conception d’ensemble, les axes du parcours, la rédaction des textes et des cartels. Et il y avait de quoi faire, tant l'univers de cette géniale artiste est dense et multiforme ! Vous vous en ferez une idée plus précise en allant voir son site. Je me suis donc replongée avec délices dans ses bandes dessinées, ses livres illustrés et ses peintures, ainsi que dans le catalogue de l'extraordinaire exposition de 1995, Nicole Claveloux & Compagnie. C'est Jean-Marc Lonjon, le deuxième commissaire, qui s'est chargé des aspects techniques de la mise en espace dans les salles de l'Hôtel Saint-Simon.

Pour vous souhaiter à tou·te·s de bonnes fêtes de fin d’année, voici quelques photos des coulisses de l’encadrement des œuvres.



Photos © Christian Pascaud

Bon réveillon et à très bientôt en 2020 !

mercredi 4 décembre 2019

La BD tient salon à Paris

Dans deux jours, ce vendredi 6 décembre, le 9e SoBD ouvre ses portes.

Dominique Goblet et Jean-Christophe Menu sont les invités d’honneur de cette édition qui accueillera aussi la BD polonaise.

Affiche © Dominique Goblet

Vous pourrez m’y retrouver à l’occasion de trois rendez-vous.

Le samedi 7, de 15h à 16h, j’animerai la conférence des invités d’honneur, en leur aimable compagnie. Il sera question d’autobiographie et on s’attardera sur la question du corps de l’artiste pendant sa pratique. En savoir plus, vous inscrire à la rencontre ? C’est ici.

Le dimanche 8, de 14h30 à 15h30, je me pencherai sur les situations et perspectives pour les auteurs et autrices, en compagnie des auteurs Benoît Barale et Paul Carali ainsi que du libraire Sylvain Insergueix. En savoir plus, vous inscrire à la rencontre ? C’est ici.

De 15h45 à 16h, je me livrerai au traditionnel commentaire de planche. Innovation cette année : les trois commentaires auront lieu durant les intermèdes qui séparent les trois tables rondes du cycle SOB. En savoir plus, vous inscrire à la rencontre ? C’est ici.

Et pendant tout le week-end, des expositions, des performances, des dédicaces, des ateliers, des master classes… un programme fastueux à retrouver en détail sur le site du SoBD.

SoBD 2019
Vendredi 6 décembre de 15h à 19h
Samedi 7 et dimanche 8 décembre de 11h à 19h
Halle des Blancs-Manteaux
48 rue Vieille du Temple
75004 Paris

lundi 18 novembre 2019

20 ans, 7000 auteurs et 900 images

Pour terminer l'année de ses 20 ans en beauté, la SAIF organise une grande exposition collective de ses auteurs. 900 de ses membres ont répondu à l’appel. Ils et elles sont architectes, designers, dessinateurs, illustrateurs, graphistes, peintres, photographes, plasticiens, sculpteurs, scénographes… et auteurs de BD.

Voici l’œuvre que j’exposerai, une double page extraite de Charonne-Bou Kadir :

Charonne - Bou Kadir, planches 80-81
© Jeanne Puchol/Tirésias, 2012

Mais la SAIF, késaco ? Vous trouverez la réponse à cette question, et tout un tas d'autres informations sur son site. Pour le dire en quelques mots :
Créée en 1999, elle est une des plus jeunes des sociétés d’auteurs. Née de la volonté des auteurs souhaitant défendre collectivement leurs droits, la Saif est une société civile dont la mission est de défendre, percevoir et répartir les droits des auteurs des arts visuels. (...) Elle représente aujourd’hui plus de 7 000 auteurs de tous les arts visuels

Et j’en suis membre depuis ses tout débuts !

Autoportrait, la SAIF fête ses 20 ans en 900 images
Vernissage vendredi 22 novembre 2019 

De 18h30 à 21h30
Exposition du 22 au 29 novembre 2019
De 11h à 18h.
Espace Niemeyer
2 place du Colonel Fabien, Paris 19e.
Entrée libre.

dimanche 10 novembre 2019

L'appel du Call

Le numéro 38 des Allumés du Jazz vient de sortir. Une fois n’est pas coutume, j’y ai illustré une entrée de la rubrique Encyclopédie. Voici les étapes successives de la réalisation.

L'esquisse :


Le trait :


Les valeurs de gris :


Je joins aussi l’extrait de la page avec son texte, sans lequel l’image peut rester un tantinet énigmatique :

 © Jeanne Puchol/Les Allumés du Jazz, 2019

Les Allumés du Jazz sont toujours une fédération de producteurs indépendants de jazz. Ils continuent, contre vents et marées, à publier le journal éponyme, disponible dans les bonnes salles de concert et chez les meilleurs disquaires. Disponible aussi sur le net, en lecture ou téléchargement. Disponible enfin par abonnement, au tarif de votre choix.

dimanche 22 septembre 2019

L'embarras du choix

La semaine qui vient s’annonce riche en réjouissances !


Le vendredi 27 septembre, je serai à Vienne (Isère) avec mon comparse Laurent Galandon. À l’invitation de Crock Radio, qui fête ses 30 ans, nous animerons une heure d’antenne, de 17h à 18h. L’émission sera précédée, de 14h à 16h, d’une rencontre-dédicace à la librairie Les Bulles de Vienne et suivie, à 18h30, du vernissage de l’exposition de planches extraites d’Interférences à la MJC. L’expo y sera visible jusqu’au 31 octobre.


Le samedi 28 et le dimanche 29 septembre, cela se passera à Paris, dans le cadre de la 6e édition du Parcours 5 en Bulles. Rendez-vous de 15h à 18h au Village Ronsard, 47 bis boulevard Saint Germain, où je dédicacerai Interférences et Féministes. Vous pouvez retrouver le programme complet de toutes les réjouissances qui auront lieu dans le 5e arrondissement durant le week-end sur le site, la page Facebook et sur le flyer ci-dessus.

Affiche © Laurent Lolmède

Le même week-end, en marge du festival La BD prend l’air de Cajarc, on pourra voir l’une de mes créations dans l’exposition La sous-bocks collection qui aura lieu au Complexe Salle des Fêtes-Gymnase de cette bourgade.

Laurent Lolmède, instigateur du mouvement du sous-bockisme, qui consiste à dessiner sur des sous-bocks, est en effet arrivé à me convaincre de me fendre d’une pièce pour cette collection. Je n'ai pas pu résister au plaisir de faire un effroyable jeu de mots.

© Jeanne Puchol

Et mon sous-bock mélomane va être très bien entouré !

Photo © Laurent Lolmède

Vendredi 27 septembre 2019
- 14h à 16h
Librairie Les Bulles de Vienne
9 rue Marchande
38200 Vienne
- 17h à 18h
Crock radio
89.5 FM
- 18h30
MJC
2 rue Laurent Florentin
38200 Vienne

Samedi 28 et dimanche 29 septembre 2019
15h à 18h
Village Ronsard
47 bis boulevard Saint-Germain
75005 Paris

Samedi 28 et dimanche 29 septembre 2019
rue de la Cascade
46160 Cajarc

dimanche 8 septembre 2019

Alias Annaïck Labornez

Bécassine, héroïne moderne ? C’est le pari fait par la Maison de la BD de Blois, qui présente depuis hier une exposition consacrée à la petite Bretonne dépourvue de bouche. On y trouvera des originaux des dessinateurs successifs de ce personnage créé en 1905, de Pinchon à Béja en passant par Zier et Trubert.



Photos © Bruno Genini

Quelques dessins extraits de l’album Hommage à Bécassine, paru chez Gautier-Languereau en 2016, font aussi partie de l’accrochage : celui de Claire Bouilhac, celui de Catel, celui de Richard Guérineau et le mien.

 © Jeanne Puchol/Gautier-Languereau, 2016

7 septembre au 2 novembre 2019
Maison de la BD
3 rue des Jacobins
41000 Blois
Entrée libre

vendredi 16 août 2019

Bonnes causes

Le Syndicat des Auteurs de BD (SNAC-BD) a publié une nouvelle version de son Contrat commenté, mode d’emploi indispensable à tout auteur de BD s’apprêtant à signer chez un éditeur. Outre de nombreuses mises à jour, il est agrémenté de nouveaux dessins et j’en ai signé deux.


© Jeanne Puchol/SNAC BD 2019

J’en avais fait un troisième, qui n’a pas été retenu. Dommage, je le trouvais pertinent…

© Jeanne Puchol

Ce guide peut être téléchargé en intégralité sur le site du SNAC.

Au rayon des dessins militants, j’ai aussi fait celui-ci en soutien au quotidien L’Humanité qui a traversé de graves difficultés financières en début d'année.

© Jeanne Puchol

Il a été publié le 21 février dernier, c’est dire si ce blog est à jour.

On peut retrouver l’ensemble des contributions - textes, témoignages et dessins - sur cette page dédiée du site du journal.