jeudi 28 janvier 2016

Angoul(toi-m)ême

Sauf si vous étiez partis en vacances sur la planète Mars ces dernières semaines, il ne vous aura pas échappé que le Festival d'Angoulême a créé une sacrée polémique avec sa liste de nominés pour le Grand Prix 100% masculine.

Johanna Schipper ayant fort bien résumé les tenants et les aboutissants de cette très sombre histoire, je vous invite à lire son malicieux article Lost in the buzz.

Le Collectif des créatrices de BD contre le sexisme, dont nous faisons partie, elle et moi, avait été le premier à soulever le lièvre. Les jours qui ont suivi lui ont donné à plusieurs reprises l'occasion de s'étrangler de rage ou de se sentir très fatigué, subitement...

Tout ça pour dire que je ne serai pas à Angoulême cette année. Deux rendez-vous à ne pas manquer cependant, si vous êtes de passage dans cette bonne ville pendant le FIBD :
- l'événement ludique organisé par le Collectif des créatrices de BD contre le sexisme, Trait féminin, trait masculin : venez deviner qui a dessiné quoi ! (exposition virtuelle et discussion avec notamment Aurélia Aurita, Mathilde Domecq, Gaëlle Hersent, Mirion Malle, Lisa Mandel, Julie Maroh, Emilie Plateau et Natacha Sicaud), le samedi 30 de 16h à 17h, à l’auditorium du Conservatoire
- la deuxième session des États Généraux de la Bande Dessinée, dimanche 31 janvier, de 11h45 à 13h15, Salle Luis Buñuel, Espace Franquin.

Festival d'Angoulême, 1983 : 
je dédicace mon tout premier album, Ringard !
Derrière moi, de dos : Étienne Robial
À ses côtés, forever dandy, 
le regretté André Strobel

lundi 28 décembre 2015

Avant de tourner la page

L'encrage des dernières pages de Contrecoups (Malik Oussekine) est fini depuis un moment déjà mais je n'ai pas été plus régulière qu'auparavant pour en parler ici...

Je conclus donc, toujours à raison d'une planche par dizaine.

©Bollée/Puchol/Casterman 
 
200 planches tout rond pour un album de 208 pages : Laurent-Frédéric Bollée a complété son scénario d'une belle introduction et d'une solide bibliographie.

Dire qu'il va falloir attendre mars 2016 pour découvrir le tout chez Casterman !

dimanche 20 décembre 2015

Le reste, c'est du bruit

Cela fait maintenant huit ans que j'illustre les articles que Jean-Louis Wiart écrit pour Les Allumés du Jazz. Avouez qu'ils portent bien leur nom, ce regroupement de labels de jazz indépendants et sa sacrée publication gratuite à la périodicité diablement aléatoire...

Dans son nouveau texte, Notes de passage, Jean-Louis Wiart évoque l'influence de Beethoven sur le jazz, interroge les recoupements possibles entre ce dernier et la musique Klezmer, et rappelle que Bach est dans tout et réciproquement.



Dans ce même numéro 34, j'ai été invitée à illustrer la rubrique Encyclopédie, et plus précisément le mot Contenus. La définition étant savoureuse, je vous la livre in extenso :
Participe passé du verbe contenir, « contenu » contribue étrangement à l’abstraction algorithmique en vogue. Si sa définition est « Ce qui est à l’intérieur de quelque chose » et par analogie « Ce qui est exprimé dans une idée, un texte », sa forme plurielle « les contenus » s’impose dans les discours et réunions de VIP, comme garante de l’initiation numérique même si, la plupart du temps, on peine à identifier le récipient. Le tour de la question ne se fait pas sans débordements et comme disait un vieux chien philosophe : « les contenus en laissent ».




 

Pour vous procurer ce numéro, trois solutions :
- l'abonnement gratuit en écrivant à all.jazz@wanadoo.fr
- le téléchargement gratuit
- le journal en vrai et toujours gratuit chez les meilleurs disquaires et sur les lieux de concert.

mercredi 2 décembre 2015

Toute la bande dessinée au cœur de Paris

Le 5e SoBD ouvre ses portes vendredi prochain. Comme les années précédentes, j'ai participé, au sein du comité de pilotage, à l'élaboration de la très riche programmation de cette édition. Vous la retrouverez sur le site du salon. Et vous pouvez suivre l'actualité des jours qui viennent heure par heure ou presque sur la page Facebook de l'événement.

© Daniel Goossens

J'y serrai présente, de manière informelle, une partie du week-end. Et me livrerai à l'exercice redoutable du commentaire de planche le dimanche 6 décembre à 17h30. Après le décorticage d'une planche des Frustrés de Claire Bretécher, en 2012 et d'une planche d'Hypocrite et le monstre du Loch Ness de Jean-Claude Forest, l'année dernière, c'est une planche de Lune l'envers de Blutch que j'analyserai cette fois-ci. Et je serai fort bien entourée de Daniel Goossens, invité d'honneur de l'édition, de Harry Morgan et de Philippe Morin. Vous découvrirez ici la planche que chacun d'entre nous commentera.

SoBD 2015
Espace des Blancs Manteaux
48 rue Vieille du Temple 75004
Vendredi 4 décembre de 15h00 à 19h00
Samedi 5 et dimanche 6 décembre 2015 de 11h00 à 19h00


Entrée gratuite. Inscription préliminaire gratuite sur le site pour les rencontres et ateliers.

mardi 24 novembre 2015

Cinq jours pour en parler

Du 23 au 29 novembre 2015, le Conseil Intercommunal de la Sécurité et de la Prévention de la Délinquance du Pays Fléchois (Sarthe) propose une vaste programmation pour aborder les violences intrafamiliales. Projections, expositions, débats auront lieu tout au long de la semaine. Le programme complet est disponible en téléchargement ici.


Inaugurée ce soir à la bibliothèque municipale, l'expo consacrée aux albums collectifs En chemin elle rencontre sera accompagnée de scénettes jouées par la Cie Les Têtes d'Atmosphère. Et le samedi 28 novembre, je serai à La Flèche pour une rencontre et une séance de dédicaces.

Samedi 28 novembre
15h30 à 17h30
Bibliothèque Jacques Termeau
4 rue Fernand Guillot
72200 La Flèche

mardi 10 novembre 2015

Ein Leben im Tode



Vivre à en mourir est, depuis quelques semaines, disponible en allemand. Ami.es germanophones, découvrez quelques pages de Ein Leben im Tode sur le site de son éditeur allemand, Panini Comics, et lisez ici une première critique élogieuse.

J'avais pu longuement évoquer la réalisation de cet album lors du SoBD, l'année dernière. Une conférence animée par Thierry Lemaire, nous avait en effet réunis, Emmanuel Guibert, David B., Stéphane Dubreil et moi-même, autour de la thématique "Raconter la guerre autrement". Le webzine Cases d'Histoire, dont Thierry et Stéphane sont rédacteurs, a eu la très bonne idée de mettre la captation de nos interventions en ligne. C'est à lire ou plutôt à écouter ici.

Emmanuel Guibert, David B. et Thierry Lemaire, tout ouïe
pendant que je disserte...

Bonne nouvelle : l'édition 2015 du SoBD aura lieu dans une vingtaine de jours, du 4 au 6 décembre, avec une programmation toujours aussi riche. Mais je vous en reparlerai d'ici là.

mardi 27 octobre 2015

Notre mère à tou.te.s

La Bibliothèque publique d'information du Centre Pompidou accueillera prochainement une exposition consacrée à Claire Bretécher.

À cette occasion, le dernier numéro de la revue du Centre, De ligne en ligne, nous propose un dossier spécial sur cette autrice qu'on ne présente plus. Et j'ai été invitée à y commenter une planche extraite de son album Les mères.




Cette invitation n'aurait sans doute pas eu lieu sans ma prestation, dans un exercice très proche, lors du SoBD 2012 : j'y commentais Salle commune, une planche anthologique de la divine Claire, extraite du tome 5 des Frustrés. Commentaire que l'on peut retrouver ici. Merci donc à Renaud Chavanne, l'organisateur de ce sympathique salon dont la prochaine édition aura lieu début décembre ; et à Xavier Guilbert, qui a eu la patience de transcrire mon exposé pour le site Du9 !

Pour télécharger l'intégralité du numéro 18 de De ligne en ligne, c'est par ici.

lundi 5 octobre 2015

D'Est en Ouest

Le week-end prochain, je repars vers l'Ouest, au May-sur-Èvre, pour la 9e édition du Festival de la BD engagée du Choletais.

Plus qu'un festival de BD, c'est un vrai rendez-vous festif, citoyen, militant ! J'y suis allée une première fois en 2010, pour une table ronde autour des violences faites aux femmes, puis à nouveau en 2012, pour parler de la Guerre d'Algérie et du 17 octobre 1961 en compagnie de Didier Daeninckx.

Cette fois-ci, je suis invitée à intervenir sur le thème de l'engagement et il sera bien sûr question de Marcel Rayman et du groupe Manouchian, auxquels mon dernier album est consacré. D'où la présence du jeune résistant sur l'affiche de cette édition, puisque les organisateurs ont eu la gentillesse de m'en confier la réalisation…

© Jeanne Puchol

Samedi 10 et dimanche 11 octobre 2015
Maytiss'Bar

Espace Culturel Léopold Sedar Senghor
4, rue des Tilleuls - 49122 Le May-sur-Èvre

Dimanche 11 octobre à 14h30 : débat autour de Vivre à en mourir

mardi 29 septembre 2015

D'Ouest en Est

Après l'Ouest et son Normandiebulle, l'Est : le prochain rendez-vous aura lieu à Vitry-le-François, pour le bien nommé festival Bulles en Champagne. Et ce sera le week-end prochain.

On doit à Amélie Sarn, présidente d'honneur de cette 11e édition, une forte présence féminine parmi les auteurs invités : pas tout à fait la parité mais presque.  Qu'on en juge :


Marie Moinard sera là tout exprès avec ses éditions Des Ronds dans l'O et les trois volumes d'En chemin elle rencontre... (présentation du tome 1 ; du tome 2 ; du tome 3). Les autrices présentes sur le salon et qui ont participé à l'un ou l'autre de ces ouvrages se feront un plaisir de les dédicacer.

Le détail du programme ci-dessous :




11e Festival Bulles en Champagne
Samedi 3 et dimanche 4 octobre 2015
9h30 à 18h30
Salle du Manège
51300 Vitry-le-François
Entrée : 2 €

samedi 19 septembre 2015

Rouen mise à feu

Premier rendez-vous de cet automne : le festival NormandieBulle de Darnétal, dont c'est la vingtième édition. Denis Bajram, invité d'honneur, en a signé l'affiche.


Dans le cadre de ce festival, vous pourrez d'abord me retrouver à Rouen le vendredi 25 septembre à 18h. Le tout nouvel Historial Jeanne d'Arc nous a invitées, Valérie Mangin et moi-même, pour une rencontre intitulée Jeanne d'Arc dans la bande dessinée. Une bonne occasion de reparler de notre iconoclaste Moi, Jeanne d'Arc (Des Ronds dans l'O, 2012) dans un cadre très approprié !


Samedi et dimanche, je rejoindrai la soixantaine d'auteurs présents en dédicace à Darnétal.

Et pour le programme complet, voyez ci-dessous.

Lire plus de publications sur Calaméo

Vendredi 25 septembre 2015 à 18h
Historial Jeanne d'Arc
7 rue Saint Romain
76000 Rouen

Samedi 26 et dimanche 27 septembre 2015 de 10h à 18h
Tennis couverts
Allée de la Gare
76160 Darnétal
Entrée : 6 €

mardi 8 septembre 2015

Popeye n'a qu'à bien se tenir !

© Julie Maroh

Notre travail étant perpétuellement l’objet de questions sexuées auxquelles ne font pas face nos collègues masculins, nous créatrices de bande dessinée avons décidé de nous rassembler pour dénoncer les formes que prend le sexisme dans ce champ littéraire, tout en avançant des façons de le combattre.

Ainsi commence la "Charte des créatrices de bande dessinée contre le sexisme" dont le texte a été mis en ligne aujourd'hui même à 8h.

Elle a été initiée et mise au point par un collectif d'une centaine de femmes dont Marguerite Abouet, Florence Cestac, Annie Goetzinger, Lisa Mandel, Julie Maroh, Catherine Meurisse, Marion Montaigne, Catel, Marjane Satrapi pour ne citer que les plus connues. Je m'y suis associée dès le début. La liste complète figure ici.

Ce collectif ne sort évidemment pas de nulle part : il regroupe des créatrices de générations et horizons divers. L'historique en est rappelé ici.

Popeye n'a qu'à bien se tenir !

mardi 4 août 2015

En esquissant la planche 183

Quand j'ai commencé à dessiner Contrecoups, Laurent-Frédéric Bollée n'avait pas écrit le scénario complet. Il est même arrivé que nous n'ayons que quelques poignées de pages de décalage - avec de belles surprises à la clef quand je recevais la suite du script !



J'ai donc aussi réalisé au fur et à mesure le découpage dessiné de l'album - improprement appelé story-board. Je ne vous cache pas que c'est l'étape que je préfère : toutes les intentions doivent déjà figurer dans un dessin compact et rapide.





Et hop ! Le temps d'un zoom avant, la page de droite est finie.
 Non, en fait ça prend quelques minutes de plus.

Je ne suis pas mécontente d'avoir pu procéder ainsi, par lot mensuel de quinze planches, de l'esquisse à la planche scannée et lettrée. La vue d'ensemble m'a, par moments, un peu manqué, mais j'ai pu échapper à la lassitude !